28 mars 2014

La mort & nos petits : ne pas leur mentir, non !!!

Article pour le webzine So Busy Girl .


Comment faire face aux questions des enfants sur la mort ? Comment leur expliquer ? Comment les aider ? Et pourquoi ne faut-il pas leur mentir ? 






Parce que la mort fait partie de la vie, et que la vie vaut la peine d'être pleinement vécue car la mort existe justement. Si la mort n'existait pas, nous n'aurions plus aucun plaisir à vivre, et profiter de chaque moment , chaque instant !
La vie est précieuse car la mort existe. 



Bref, pour nos enfants il faut (à mon avis) absolument intégrer la mort dans nos quotidiens, nos conversations. Il ne faut pas en faire un tabou. Sinon, l'enfant va en faire toute une montagne dans sa tête, il va trop imager quelque chose qui ne doit pas l'être ! La mort d'un proche, même pour un enfant, doit être vécue et partagée. 
Il fera ainsi mieux son deuil. 



Le protéger tout le temps ne l'aidera pas car, tôt ou tard il sera confronté au chagrin, et plus tôt il aura appris à gérer ces difficultés de la vie, rappelons-le, mieux il surpassera ces moments de profonde tristesse. 

Se souvenir de belles choses, de beaux moments passés avec l'être perdu, c'est continuer à le faire vivre... Voilà ce qu'on peut leur dire, et se dire, pour nous aussi !



Ainsi, pour préparer son enfant à affronter des pertes, on peut commencer avec des objets précieux pour un enfant, tel que les doudous. Si l'enfant le perd, pourquoi absolument essayer de le rechercher ? Ne serais ce pas le bon moyen de lui faire comprendre que oui, il a perdu un doudou cher à son coeur, mais que le chagrin s'apaise avec le temps, et que l'on arrive malgré tout à surmonter sa peine, et continuer à vivre sans ce doudou... 



Et vous, quel est votre avis sur la question ? Comment évoquez-vous le sujet de la mort avec votre enfant ?

1 commentaire:

  1. A la maison, on parle de la mort avec les enfants. Je leur ai expliquer que même si les gens sont morts et qu'on ne peut plus les voir, ils sont présents dans notre coeur et dans nos souvenir. Qu'on a le droit d'être triste et de pleurer mais que c'est comme ça.
    Généralement c'est le côté définitif qui est difficile à comprendre surtout quand ils n'ont pas encore acquis la notion de temps: passé (hier), présent(aujourd'hui), futur (demain).
    Si le parent n'est pas prêt s'est aussi plus difficile. La petite que je garde qui a 4 ans n'a pas les notion de temps et elle m'a dit mon papy est au ciel mais il va venir me voir pendant les vacances. Je ne suis pas sa mère mais j'en ai un peu discuter avec sa maman et maintenant elle a un peu plus compris.
    J'explique aussi que tout a un début, un milieu et une vie même la vie, et que c'est pour ça qu'il faut profité de chaque moments.
    Pour le doudou, je ne suis pas d'accord avec toi, un doudou sert de bulle de refuge à l'enfant, c'est un object transitionnel qui lui permet de s'autonomiser vis à vis de ses parents et sa mère en particulier. Le doudou c'est comme une maman rasurant. C'est un bien précieux, c'est à l'enfant de décider s'il est temps de s'en séparer. C'est mon avis.
    Je pense qu'il existe des livres adapter à l'âge de l'enfant pour aider à parler de la mort avec lui. Moi, en ce moment mes enfants de 4 et 5 ans sont dans leur période: comment on fait les bébés, et ils ont aussi besoin de d'être rassurer face à la mort (on meurt quand on est très très vieux...)
    Désolé pour le petit roman.
    Bises
    Ciloucr

    RépondreSupprimer

A vous ...